Histoire et Fonctionnement

HISTOIRE

ALAN TURING

L’intelligence artificielle est en perpétuelle évolution et révolutionne l’avenir de la science et de la technologie depuis qu’elle a été créée en 1950, par le test de Turing.
Alan Turing

Arrêtons-nous instant pour expliquer ce qu’est le test de Turing. Tout d’abord, Alan Turing, le fondateur du test, est un mathématicien, cryptologue et informaticien britannique. Il va jouer rôle extrêmement important lors de la Seconde Guerre Mondiale en faisant des recherches sur les cryptographies générées par la machine Enigma conçue par les Allemands.

Il est, avec d’autres logiciens, à l’origine de la formalisation des concepts d’algorithmes et de calculabilité et également l’inventeur de la machine de Turing. Cette machine permet d’effectuer n’importe quel calcul mathématique et est l’ancêtre de l’ordinateur.

Cette invention initie au test de Turing qui va donc servir à mesurer la qualité des différentes intelligentes artificielles.

Le test de Turing consiste à ce qu’une personne (humaine) juge une conversation textuelle entre un humain et une machine. Le juge ne sait qui est la machine et qui est l’humain et si, après au moins 5 minutes de conversation, il n’arrive pas à trouver qui est qui, alors la machine est considérée comme de qualité. La machine est programmée pour que ses réponses soient le plus en accord avec ce que pourrait répondre un humain.

FONCTIONNEMENT

Harry Shum, informaticien et vice-président de Microsoft

Selon le spécialise Harry Shum, l’intelligence artificielle se repose sur trois grands piliers :

  • Une très grande quantité de data
  • Une énorme puissance informatique (grâce au cloud)
  • Des algorithmes révolutionnaire, basé sur le deep-learning (le deep-learning est un apprentissage très poussé ou la machine est capable d’apprendre par elle-même)

Pour réussir à constituer une machine capable de tels actes, il faut la programmer et l’ajuster. Pour cela il existe trois grands pratiques de mise en œuvre pour que la machine arrive à se confondre avec la parole de l’être humain.

Tout d’abord, on va parler d’apprentissage supervisé L’humain à une très grande capacité d’apprentissage et peut retenir de nombreuses choses très rapidement. C’est ce qu’on donner au programme de la machine. On va la « nourri » de différentes sources pour qu’elle puisse assimiler un vaste nombre de sujet rapidement et qu’elle puisse les retranscrire facilement.

Ensuite, il y a le « Machine Learning ». C’est très courant lorsqu’on parle d’intelligence artificielle et cela consiste à permettre à la machine d’apprendre par elle-même. Sur les données qu’on lui à montrés lors de l’apprentissage profond, la machine va réussir à augmenter ses capacités d’apprentissage et aller jusqu’à réussir à ne plus avoir besoin de l’aide humaine.

Pour finir, nous avons le deep-learning. Cette méthode dite méthode en profondeur, s’appuie sur l’utilisation de réseaux de neurones artificiels qui imitent à la perfection le cerveau humain et ses différentes fonctions. Cela peut permettent à un robot d’être doté de plusieurs milliers de neurones et par ce fait accomplir des tâches variées.  La particularité de cette méthode et que la machine sera capable de séparer les différentes informations et laisser chacun des neurones s’occuper d’une partie.

Grâce à ces différents apprentissages, l’intelligence artificielle peut reproduire les différents processus cognitifs de l’humain et donc arriver à un stade où leur niveau d’apprentissage et leur capacité de réflexion est presque égal à celle de l’humain.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :